• SOCIÉTÉ D'HORTICULTURE ET BOTANIQUE BÉARN ET SOULE

  • SOCIÉTÉ D'HORTICULTURE ET BOTANIQUE BÉARN ET SOULE

A LA UNE CE MOIS CI

rechercher un article ou un évènement

Entre Tournus et Cluny, au cœur de la Bourgogne du Sud (officiellement, on doit dire la «  la Saône et Loire », mais Bourgogne, ça a quand même plus d’allure !),  le château de Cormatin se dresse au milieu de ses jardins et de ses pièces d’eau. Les marquis d’Huxelles l'ont fait construire au début du XVIIe siècle pour témoigner de leur puissance et de leur prestige. Abandonné pendant plus de 50 ans, le château a été restauré à partir de 1980 dans un total respect de son authenticité.

 

Mais ce sont les jardins qui nous intéressent… Créés vers 1620, remaniés à « l’anglaise » vers 1785, les jardins ont disparu en 1815, lorsque les terrains ont servi à combler les douves.  Sur les 12 hectares envahis par les ronciers, seuls quelques beaux arbres avaient survécu : un chêne tricentenaire, sept cyprès-chauves ainsi que les 130 tilleuls de l’allée au bord de la rivière, où le poète Lamartine aimait à se promener.

        Après une longue réflexion, les propriétaires ont entrepris, à partir de 1989, de recréer, autour du château restauré, un jardin inspiré d'écrits anciens.  « Les éléments traditionnels des jardins de la fin de la Renaissance et des premières années du XVIIe siècle se conjuguent dans cette création unique, fondée sur une symbolique forte et sur le plaisir simple de la promenade…. ». Voilà pour le discours officiel, mais n’ayez crainte, rien dans ces jardins n’est figé, ni ennuyeux !

Le jardin a  donc retrouvé son grand parterre à la française (sur 7000 m²), avec topiaires aux formes originales, plates - bandes fleuries. Des allées engazonnées -  bordées de somptueuses potées de pélargoniums odorants -  conduisent à une fontaine baroque peuplée de tortues en bronze. On parvient  ensuite au  labyrinthe (45m de côté, 3000 buis), au centre duquel une volière - belvédère permet d’admirer le château en ses jardins, (et de surveiller les enfants perdus entre les buis, qui ont maintenant acquis une belle hauteur !). On se promène  enfin dans la prairie en admirant le canal de 220 m de long, le  miroir d'eau, le  théâtre de verdure utilisé chaque été pendant le festival de Cormatin. J’ai gardé pour la fin le charmant potager à l’ancienne: derrière l’orangerie – salon de thé, au toit de tuiles, fleurs et légumes composent une trentaine de carrés bordés de buis. Les grimpantes escaladent des structures en bois belles et originales, couleurs et  odeurs se mêlent en un tableau parfait…

Plus d'infos: www.chateaudecormatin.com

{pgslideshow id=218|width=640|height=480|delay=3000|image=L}