A LA UNE CE MOIS CI

rechercher un article ou un évènement

P1010050.JPG

Six jours pour découvrir les jardins de la Côte d'Azur, quelle gageure!  Il aura fallu faire des choix....

Nous étions basés à Grasse, nous avons parcouru des kilomètres... cela valait la peine, quels jardins magnifiques, quels paysages extraordinaires, quelle végétation!Un arrêt sur le chemin de l'aller aux Jardins de Saint Adrien, créés par un passionné sur  d'anciennes carrières : des miroirs d'eau dans une végétation exotique, puis direction Grasse.

Nous avons eu la chance d'être accueillis dans les jardins de la Villa Fort - France par Mme de Courcel, qui entretient et embellit ce jardin historique avec sa sensibilité de peintre, puis de découvrir les jardins de la Villa Noailles, où fontaines et bassins se succèdent de terrasses en terrasses.

Menton, puis Vintimille : une journée chargée pour parcourir (trop vite, hélas!) le jardin du Val Rahmeh, jardin historique lui aussi, devenu une antenne d'acclimatation et de conservation des espèces exotiques pour le Muséum  d'Histoire Naturelle, le jardin de la Serre de la Madone, aménagé par  Lawrence Johnston pour y installer des plantes ramenées de Chine et d'Afrique du Sud, et enfin les célèbres Jardins Hanbury à La Mortola, de l'autre côté de la frontière italienne : un paradis exotique avec des vues sublimes sur la côte.

A Monaco, ambiance subtropicale malgré le temps gris, avec le jardin exotique et ses collections de succulentes impressionnantes, puis découverte du jardin japonais réaliséé "sur la mer" (enfin, sur la dalle d'un parking!). L'après -midi, c'est le jardin exotique d'Eze, surplomb verigineux sur la mer, où les graciles sculptures de J. - Ph. Richard veillent sur les cactus et les euphorbes...

Une journée dans le Var, pour arpenter le Domaine du Rayol, "jardin des Méditerranées" ré - aménagé par le paysagiste Gilles Clément; sous la conduite d'un guide - jardinier passionné, nous passons des Canaries à à la Nouvelle Zélande, de l'Australie au Chili....sur fond de la côte sauvage des Maures:  il faudrait des jours pour tout voir! Et sur le chemin du retour, arrêt à Roquebrune sur Argens : pour découvrir les orchidées des établissement Vacherot (avant les tragiques inondations).